Your Connection to Canada’s Volunteering Community

How to help when disaster strikes / Offrir son aide en cas de catastrophe

By kdiedrich at 8:16 pm Wednesday, Nov, 22 2017 • 0 Comments

Climate change in 2017 has brought more natural disasters to the Western hemisphere than any in recent memory. Between massive spring flooding in communities along Lake Ontario and the St. Lawrence River, raging forest fires throughout B.C. and California, and the devastation of several of the angriest hurricanes ever recorded in the Caribbean and southern United States, we are either recovering or empathizing with those who are. These disasters receive a lot of media coverage, heightening our emotional connection with those effected and creating a calling within many of us to find a way to help.

No two-disaster management or recovery situations are the same. Factors include the amount of forewarning issued to the community, the preparedness of local citizens (e.g. stores of water, food), emergency infrastructure (e.g. hurricane shelters), and the capacity and coordination of local emergency response agencies (e.g. police, fire, shelters, charities/NGOs, government departments). Also, the kind of response required changes as the situation progresses. For example, preparation for a hurricane, when the hurricane touches down, the period of immediate emergency support to persons in danger, support to persons in shelter following a hurricane who have lost homes, water contamination and power structure damage all require different skills and changing leadership amongst emergency response agencies. The well-meaning involvement of agencies or individuals that have not been a part of the coordinated response effort at each of these stages can impede, rather than support, recovery.

When should you go into a disaster to help?

It is for this reason that those wishing to volunteer in an emergency situation must look to the (often evolving) requests of the coordinating agencies for what support they need when.  Usually, those agencies want pre-trained individuals. For example, volunteers wishing to help in Florida immediately after September’s Hurricane Irma were required to have shelter volunteer training and a background check, according to Volunteer Florida. Following the May floods in Montreal, the local Canadian Red Cross made it clear on their website that they urgently needed volunteers who had received their Disaster Management Training. Of course, coordinating agencies are often called for trained emergency response (e.g. fire, police) and medical persons (e.g. nurse and doctors, skills required in more numbers than usual for local capacity and whose emergency training is transferable). In sum, unless you have received the training requested by coordinating agencies, don’t go.  Not only may you get in the way, you may be putting your own safety at risk, adding to the emergency.

How should I help when I’m living in an emergency situation?

Obviously, the strength of community recovery comes from individuals looking in on each other, helping each other and working together. Not having Red Cross training didn’t and shouldn’t have stopped neighbours from sand bagging their flooding neighbours in Gatineau or Toronto Island this spring. Emergency response units may also ask individuals to join coordinated hands-on efforts. Depending on the situation, they may instead ask you to evacuate. Response and recovery depends in large part on everyone working with the oversight coordinating agencies who have the best view and experience on priorities and safety as a situation progresses. In sum, help neighbours within your skills and capacity when you are in an emergency situation, but listen to the direction of coordinating agencies and other emergency response groups.

Should I send food, clothes or other items to disaster recovery situation?

Again, it depends. Following some disasters, unneeded donated items are left to rot or are destroyed because they are in the way. "It is heartbreaking," says Juanita Rilling, former director of the Center for International Disaster Information in Washington, D.C. "It's heartbreaking for the donor, it's heartbreaking for the relief organizations, and it's heartbreaking for survivors. This is why cash donations are so much more effective. They buy exactly what people need, when they need it.” Requests for needed items usually come from local charities but can also be announced by coordinating agencies. Depending on the distance, the shipping expenses to send donated items can often compare to or exceed the value of the items.  Joining efforts with other groups, especially those associated with agencies working in the disaster area, can reduce costs. Donating money to local charities, as Rilling suggests, allows them to buy exactly what is needed and often helps in commercial recovery efforts by purchasing from local businesses. If you have family, friends, family or friends of friends, faith or other affiliations in the disaster area, wiring money directly to them is also sometimes a very effective, direct way to help. In sum, look to announcement from disaster recovery area agencies for what items are required and avoid sending anything else. Consider donating funds directly as a potentially more effective use of resources.

The “3Cs” of how to respond following a disaster

When our hearts are breaking for those in a disaster, helping - truly providing needed help - means putting aside what we think is required and watching for what the experts are asking for. Volunteer Florida’s 3C’s list, released following Hurricane Irma this September, is a concise summary on how to respond to a disaster situation:

Cash: Financial support to established relief organizations is always the most immediate, useful, and versatile way to give. Financial assistance allows relief organizations to meet urgent needs quickly.

Confirm: Confirm there is a local need before collecting or sending donated items.

Connect: Volunteers are a critical part of a well-coordinated and well-resourced humanitarian response, but potential volunteers should confirm that they are needed before traveling to impacted areas – do not self-deploy.

***

En 2017, dans l’hémisphère occidental, les changements climatiques ont donné lieu à des catastrophes naturelles comme on n’en avait pas vu de mémoire récente. Il y a eu les importantes inondations printanières dans les collectivités le long du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent, les feux de forêt déchaînés en Colombie-Britannique et en Californie, ainsi que la dévastation laissée dans le sillage d’une des plus violentes saisons des ouragans jamais enregistrée dans les Caraïbes et le sud des États-Unis. Soit nous nous remettons nous-mêmes de ces catastrophes, soit nous compatissons avec tous ceux qui se retrouvent aux prises avec les dégâts. Ces événements climatiques reçoivent beaucoup d’attention de la part des médias, ce qui rehausse notre lien émotionnel avec les personnes touchées et incite plusieurs d’entre nous à trouver une façon de les aider.

Aucune situation de gestion de catastrophe ou de rétablissement ne ressemble à la précédente. Les facteurs qui entrent en compte incluent le délai entre l’avertissement transmis à la collectivité et la catastrophe comme telle; l’état de préparation des citoyens (par ex., réserves d’eau potable et de nourriture); l’infrastructure d’urgence (par ex., abris en cas d’ouragan); et le degré de capacité et de coordination des services locaux d’intervention en cas d’urgence (par ex., services de police et d’incendie, abris, organismes de bienfaisance, ONG, ministères gouvernementaux, etc.). Par ailleurs, le type d’intervention nécessaire change au fur et à mesure que progresse la situation d’urgence. Par exemple, le temps de préparation à un ouragan, l’arrivée de l’ouragan, l’aide offerte sur-le-champ aux personnes en danger, l’aide offerte aux personnes qui se réfugient dans un abri après un ouragan, la contamination de l’eau et les dommages causés à l’alimentation électrique exigent des compétences différentes et un leadership changeant de la part des organismes d’intervention en cas d’urgence.  Même si leurs intentions sont bonnes, les organismes et les particuliers qui ne font pas partie de l’effort coordonné peuvent en réalité nuire à la capacité de rétablissement.

Quand devriez-vous vous rendre sur les lieux d’une catastrophe pour offrir votre aide?

Les personnes qui souhaitent faire du bénévolat lors d’une situation d’urgence doivent tenir compte des besoins changeants des organismes de coordination. Habituellement, ceux-ci préfèrent recruter des personnes déjà formées. Par exemple, selon Volunteer Florida, les bénévoles qui souhaitaient apporter leur aide immédiatement après le passage de l’ouragan Irma dans cet État en septembre dernier devaient avoir suivi une formation sur la gestion des abris et obtenu une vérification de leur casier judiciaire. Aussi, suivant les inondations du mois de mai à Montréal, le bureau local de la Société canadienne de la Croix-Rouge a publié sur son site Web qu’il devait de toute urgence recruter des bénévoles ayant suivi une formation sur la gestion des catastrophes. Bien entendu, les organismes de coordination sont souvent sollicités pour rassembler des intervenants d’urgence formés (par ex., pompiers ou policiers) ou du personnel médical (par ex., médecins et infirmières, ou encore un plus grand nombre de personnes possédant les compétences exigées et dont la formation sur les situations d’urgence est transférable). Bref, à moins d’avoir suivi la formation demandée par les organismes de coordination, ne vous déplacez pas.  Non seulement vous risquez de nuire aux efforts, mais vous pourriez également vous retrouver en danger, ce qui ne ferait qu’empirer la situation.

Comment puis-je aider lorsque je me retrouve dans une situation d’urgence?

Manifestement, la force derrière le rétablissement d’une collectivité réside dans les efforts des résidents qui s’entraident et travaillent ensemble. Le fait de ne pas avoir suivi de formation auprès de la Croix-Rouge n’a pas empêché les résidents de Gatineau et de l’île de Toronto de remplir des sacs de sable pour protéger les maisons de leurs voisins le printemps dernier. En outre, il arrive que les unités d’intervention d’urgence demandent aux résidents d’unir leurs efforts. Toutefois, selon la situation, vous pourriez également être tenus d’évacuer votre demeure. Les interventions et le rétablissement dépendent en grande partie de la volonté de chacun de collaborer avec les organismes de coordination dont l’expérience permet d’établir les priorités et d’assurer la sécurité de tous à mesure que la situation progresse. Bref, dans toute situation d’urgence, n’hésitez pas à aider vos voisins selon vos capacités, mais respectez les consignes des organismes de coordination et des autres groupes d’intervention d’urgence.

Devrais-je faire parvenir de la nourriture, des vêtements ou d’autres articles jugés utiles?

Encore une fois, cela dépend de la situation. Dans certains cas, on doit détruire ou laisser pourrir certains dons inutiles, car ils ne font que prendre de la place. « C’est désolant » affirme Juanita Rilling, ancienne directrice du Center for International Disaster Information situé à Washington. « C’est désolant pour le donateur, pour les organismes de secours et pour les survivants. C’est pourquoi les dons en espèces sont beaucoup plus efficaces. Ils permettent d’obtenir exactement ce dont les gens ont besoin au moment où ils en ont besoin. » Les demandes relatives aux articles souhaités sont habituellement formulées par les organismes de bienfaisance locaux, mais elles peuvent également provenir des organismes de coordination. Selon la distance à parcourir, les frais d’envoi sont souvent comparables à la valeur des articles, mais ils peuvent excéder celle-ci. Le fait d’unir ses efforts avec d’autres groupes, surtout ceux qui sont associés aux organismes présents dans les zones sinistrées, peut permettre de réduire les coûts. Enfin, comme le suggère Mme Rilling, faire un don en espèces permet d’acheter exactement ce qui manque et contribue souvent aux efforts de rétablissement commercial grâce à l’approvisionnement auprès d’entreprises locales. Si vous avez de la famille, des amis, des connaissances, un groupe confessionnel ou toute autre affiliation dans une zone sinistrée, il est parfois très efficace de leur envoyer de l’argent par virement télégraphique. Bref, renseignez-vous auprès des organismes de secours situés dans les zones sinistrées afin de connaître leurs besoins et évitez d’envoyer des articles non demandés. Pensez à envoyer de l’argent afin de maximiser l’utilisation des ressources.

Les 3 C de l’aide en cas de catastrophe

Lorsque nous ressentons la peine des personnes touchées par une catastrophe et souhaitons les aider de manière significative, nous devons mettre de côté nos suppositions et nous renseigner sur ce dont les experts ont réellement besoin. Publiée à la suite du passage de l’ouragan Irma en septembre dernier, la liste des 3 C de Volunteer Florida constitue un sommaire des façons d’apporter son aide en cas de catastrophe :

Comptant : un don en argent comptant aux organismes de secours est toujours la façon la plus immédiate, utile et polyvalente d’aider. En effet, l’aide financière permet à ces organismes de répondre à leurs besoins les plus urgents.

Confirmation : confirmez les besoins dans les zones sinistrées avant de recueillir ou de faire parvenir des articles.

Connexion : les bénévoles sont essentiels à toute intervention humanitaire bien coordonnée et dotée de ressources suffisantes. Toutefois, tout bénévole potentiel doit confirmer qu’on a besoin de lui avant de se rendre dans une zone sinistrée. Ne prenez pas l’initiative de vous y rendre sans avoir préalablement confirmé le besoin en matière de bénévoles.